LE PHARE DE SEIN


Il fut dynamité par les Allemands à leur départ de l’Ile de Sein le 4 août 1944. A 18 h 15 une première explosion détruisait la centrale du phare, suivie de quelque secondes plus tard, d’une déflagration plus puissante qui faisait s’effondrer d’un seul bloc l’édifice lui-même.
Le 11 juin 1945, un feu à gaz fut installé au sommet d’un pylône métallique, il fut remplacé le 7 Mars suivant par un feu électrique.
Sur le même emplacement, surgit à 51 mètres de hauteur le magnifique fût blanc et noir du nouveau phare, dont les 4 éclats blancs toutes les 25 secondes, se projettent à 27,5 miles par éclairage d’une lampe halogène de 1000 watts
Il fut béni, le 20 Juillet 1952 par le Cardinal Roques, Primat de Bretagne.
Doté d’une centrale électrique qui alimente, outre sa lanterne et un appareil de désalinisation d’eau de mer, toutes les maisons de l’Ile.
De son sommet, le coup d’œil est magnifique. En remontant du Sud, on découvre Eckmühl,
le rivage sablonneux de la Baie d’Audierne, la pointe du Cap Sizun qui fend, massive la vaste étendue des eaux, la Baie des Trépassés, celle de Douarnenez, le Cap de la Chèvre, les Tas de Pois, la Pointe Saint Mathieu et, vers le nord, les premiers îlots de l’archipel de Molène, et l’île d’Ouessant.