LE PHARE DE TEVENNEC

Tevennec le phare hanté
Construit en 1871 à 3 miles de l’île de sein, le phare de tevennec a une histoire ou se mêlent drames et malédictions. Le premier gardien, Henri Guezennec devint fou. Il croyait entendre autour de lui des voix qui lui criaient :
Kerz-kuit, kerz-kuit (va–t-en,va-t-en). On le remplaça mais les " kerz-kuit "
recommencèrent tant et si bien que le gardien Alain Menou perdit la tête à son tour. On crut l’îlot hanté et l’on dépêcha sur l’île un prêtre pour l’exorciser. Rien n’y fit. Même pas le remplacement, en 1893, du gardien solitaire par deux solides gaillards dont l’un deux décéda. Une telle série noire ne pouvait laisser indifférent le service des phares qui décida en 1898, d’installer cette fois un couple, les Milliner. Ce qui n’empêcha pas l’homme de mourir dans les bras de sa femme. C’est la famille Quéméré qui prendra la relève. Elle y restera cinq ans et mettra au monde trois gamins. La famille Quéré leur succédera, puis les Ropart dont le père du gardien se fera enlever par une lame. Trop c’est trop. Confrontée à une telle avalanche de drames, l’administration décide en 1910 de transformer le phare en feu permanent alimenté par le gaz.